Château Edmus et l'Envers du Décor

April 2018

Il ne s’agit pas d’évoquer une quelconque face cachée dans l’élaboration de Château Edmus mais de mettre en avant « the place to be » à Saint Emilion, l’Envers du Décor, une institution trentenaire qui nous fait le plaisir de proposer Château Edmus à sa carte des vins.



L’Envers du Décor, c’est l’histoire d’un vigneron devenu entrepreneur, François des Ligneris, qui se perpétue aujourd’hui dans celle d’un entrepreneur devenu vigneron, Gérard Perse, bâtisseurs l’un et l’autre et, chacun dans son style, porteur d’une part de l’histoire contemporaine de Saint-Emilion.

Héritier et exploitant du vénérable Château Soutard, Premier Grand Cru Classé, comte paysan selon l’expression d’un journaliste anglais, François des Ligneris crée l’Envers du Décor en 1987 comme un lieu de rencontre atypique, une scène de théâtre, où se côtoient, autour d’un verre de vin et d’une assiette de charcuterie, tous les acteurs de la planète «vin », vignerons, propriétaires et salariés, journalistes et dégustateurs du monde entier, artistes. Par sa présence, son accueil, par le décor éclectique qu’il a conçu, François des Ligneris a installé l’Envers du Décor comme un des « must » de Saint Emilion. Il faut que tout change pour que rien ne change ou, écrit un autre journaliste pour définir François des Ligneris, être rebelle par respect des règles. En cassant les codes de la restauration traditionnelle, il en a créé de nouveaux (les bars à vins qui font florès aujourd’hui lui doivent beaucoup) renforçant l’esprit avant-gardiste qui caractérise Saint-Emilion dans l’univers bordelais. Au terme d’un bail de 30 ans, François des Ligneris a tiré sa révérence et cédé l’Envers du Décor début 2017 pour poursuivre, animé de la même philosophie, de nouvelles activités agricoles et artistiques.

Gérard Perse est à François des Ligneris, ce qu’une Formule 1 est à une diligence. Les deux avancent avec élégance mais, quand le second hume la vie en trottinant, le premier la dévore en vrombissant. Quand il reprend, à 67 ans, l’Envers du Décor en Février 2017, Gérard Perse n’a plus grand-chose à prouver. Mais l’esprit d’entreprise ne fait pas facilement valoir ses droits à la retraite. Parti de rien à la fin des années 70, il bâtit en moins de 15 ans un puissant groupe de distribution. Son intérêt pour le vin, qu’il satisfait en devenant l’acheteur principal pour son groupe, se transforme en passion qu’il assouvit en rachetant successivement Château Monbousquet en 1993, une belle endormie dont il fait un grand cru classé en 2006, puis Château Pavie en 1998, un Premier grand cru classé B dont il tire la quintessence des terroirs exceptionnels pour le hisser en 2012 au rang de Premier Grand Cru classé A rejoignant, en même temps qu’Angelus, les mythiques Ausone et Cheval Blanc. Certains auraient pu considérer leur ambition satisfaite à ce stade d’autant qu’au fil de l’eau, le portefeuille de domaines s’est enrichi de Pavie Decesse, Bellevue Mondotte, et Clos Lunelles. Mais, dès 2001, il décide de devenir un acteur de l’oenotourisme saint-émilionnais en rachetant l’Hostellerie de Plaisance, qui, après une restauration totale, devient un « relais et chateaux » cinq étoiles et dont le restaurant, sous la houlette du chef Ronan Kervarrec, obtient une deuxième étoile au Guide Michelin en 2017.



Nous vous encourageons à venir à Saint Emilion, un des plus beaux villages du bordelais (lire Un si joli village), à vous arrêter à l’Envers du Décor, dont Benoît Gelin, le chef sommelier de l’Hostellerie de Plaisance, supervise la carte des vins, à commander une bouteille d’Edmus… et à profiter de la vie sous l’olivier dans la cour arrière.

Eric Remus Propriétaire